Click here or hit escape to close this.

Fibrelight by Jeremy Atkinson
WordPress : administration centralisée sur plusieurs installations

Notice: this post is 4 years old, its content may be outdated.

Un petit soucis d’optimisation qui s’est récemment imposé à moi : comment gérer efficacement plusieurs sites WordPress dont certains avec des installations dédiées sur différents serveurs ? En d’autres termes comment administrer tous mes sites à partir d’un seul back-office ? Une solution évidente serait de ne pas avoir plusieurs sites ; mais il est généralement préférable − pour le client autant que pour moi-même − de disposer d’une installation propre pour chaque site géré. Cela d’autant plus que CaerCam et OnEnAGros notamment me servent régulièrement de terrains d’essai pour diverses expérimentations.

La difficulté vient principalement du fait qu’il est question de gèrer plusieurs hébergements différemment, qui chacun accueillent plusieurs sites WordPress, sur une ou plusieurs installations. Après avoir un peu farfouillé sur le net et reçu plusieurs recommandations et idées, je me suis tourné vers une solution un peu bâtarde consistant à mélanger deux services. Idéalement j’aurais aimé pouvoir tout gérer à la manière d’un réseau WordPress, avec l’adminbar en haut de l’écran pour accéder aux différents dashboards ; mais avec plusieurs installations différentes, c’est le bordel pour les mises-à-jour qu’il faut tout de même faire séparément sur les différentes installations. L’option actuelle est donc la suivante :

  • Un réseau WordPress mis en place sur CaerCam
  • Les autres sites comme parties de ce réseau :
    • OnEnAGros! (serveur différent, donc installation différente)
    • Mordred (même serveur mais installation différente)
    • Deux autres sites (autre serveur mais installation partagée, sous-réseau en quelque sorte)
    • Trois autres sites encore (même serveur cette fois, installation partagée également)
  • Le plugin WordPress MU Domain Mapping pour ajouter des sites distants au réseau
  • Installation locale d’InfiniteWP et ajout des différents sites (installation d’un plugin nécessaire) pour l’administration à distance

InfiniteWP n’est pas le seul service de remote control pour WordPress, et je n’ai pas testé tous ses concurrents ; l’intérêt que je lui porte est donc totalement subjectif. Il est gratuit, ce qui en soi est déjà un bon point, et facile à prendre en main. La version payante semble de bonne qualité mais n’offre pas spécialement de fonctionnalités qui vaudraient − dans mon cas − le coup de mettre la main au porte-monnaie. L’ajout de sites se fait par clé, on peut accéder au panneau d’admin directement ou en nouvelle fenêtre, accéder à la rédaction de nouveaux posts, faire et accéder à des backups. Et évidemment faire à distance toutes les mises-à-jours que l’on veut : plugins, thèmes, core.

L’utilisation du réseau WordPress fait un peu doublon avec certaines fonctionnalités d’InfiniteWP, mais présente l’avantage de lier les différents sites entre eux ; par sécurité j’ai préféré installer InfiniteWP uniquement en local, le réseau WP me permet donc d’accéder tout de même à tous mes sites à partir d’un seul dashboard quand je ne suis pas sur ma machine de travail, ce qui est fort utile l’air de rien. Ne manque que la possibilité de mise-à-jour, mais en même temps, je préfère faire mes màj que je suis tranquille chez moi, ça évite de s’arracher les cheveux pendant la moitié du week-end chez les parents.

À voir ce que tout ça va donner en pratique sur le moyen et long terme, mais pour l’instant c’est un fonctionnement plutôt satisfaisant.

Édition : 8 août 2013

Après plusieurs d’utilisation très régulière − WordPress évolue sacrément vite, entre le core et les plugins il y a des mises-à-jours toutes les semaines − l’avis est confirmé : InfiniteWP est un excellent outil, que cela soit pour la gestion des mises à jours, des sauvegardes (fichiers & données) ou l’accès à l’administration des sites puisque InfiniteWP permet d’accéder à la création de nouveaux articles directement depuis son interface : un menu déroulant est lié à chaque site dans la barre latérale et donne accès direct au dashboard, à l’éditeur et autres. Vraiment pratique. Quelques captures d’écrans pour donner un aperçu de l’engin :

Photo: Fibrelight by Jeremy Atkinson